que votre nom soit sanctifié…

mécréant saintonge romanemots-clé : tempête, Dieu, Saintonge, Cognac
Alias « la tempête » (suite)

Je le crois pas, là teuheu, ça a marché. Un vent conteuheu continu toute la nuit à 140 km/h teuheu et rien. Pas un dégat teuheu. sur mon chai (ma ferme viticole) teuheu saintongeaise le long de la Gironde teuheu. Moi, le mécréant athée scientifique teuheu, mon cartésianisme foncier teuheu en prend teuheu un sacré coup. Non mais c’est vrai, c’est teuheu pas la peine de se faire chier à retaper teuheu mon bâtiment de 1730 classé Fins-Bois en teuheu Cognac, pour se le faire exploser teuheu à l’aube de ses 300 ans. teuheu

Edit > pour faciliter la lecture, le texte est traité pour virer mes nombreuses quintes de toux, à partir de maintenant. C’est du semi-direct.

Bon, qu’est ce que j’ai promis comme conneries à la bonne-mère ? C’est que va falloir tiendre maintenant, j’suis pas un toto, j’ai promis craché.

Ndedieu ! quand je vois la liste. Purée où est la touche formatage bas niveau ? Erase all. Surtout le coup de la brioche tranchée au beurre super moelleuse avec la trop bonne confiture de fraise des bois de ma montagne chez les loups.

  • Sinon, j’ai reçu un mail de Griotte, mais elle doit me confondre avec un copain à elle (Purée, t’imagines,  de vrai ça serait une stagiaire à moi,  elle lit mon blog. La hooonte)
  • Et puis aussi, Mite a mis en ligne le crobard que je lui ai envoyé pour son niversaire. C’est très gentil. Je suis touché. Le pb c’est que malgré le temps que ça m’a demandé, il détonne beaucoup parmi ses dessins, parce que je suis pas Desjoyaux en illu.

Ben voilà, à bientôt pour de nouvelles aventures avec mes ex.(ici, le suspense, qu’entend-il par là)

Bon, sinon, je vois aussi que j’ai quelques lecteurs, mais que mes trucs attirent pas foule de comm’s. Bah, c’est la vie.

separ mince

Suite

Page précédente où

separ mince

 

SUSANNA MASSA |
Bénédicte Delvaux |
Mes dessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "L'ART ET LA PEINTURE"
| Villanova Laurent
| claire fahys