le petit chemin 2

Un chemin plus sauvage
Vous vous souvenez de ce pauvre petit chemin vicinal abandonné, coupé par la piste forestière tracée au bull et à l’explosif dans les années 60, et qui dessert notre grange. Nous sommes les seuls à l’entretenir, du moins ce qu’il en reste, guère plus de 800 mètres, et ne l’emploient plus que les tites bêtes : chevreuils, sangliers, chamois, renard (Pilou), fouine et écureuils. Vipères, couleuvres et lézards verts aussi. Parfois un chasseur. Ce chemin en corniche semble peu utilisé par le cerf.

Nous étions arrivés aux « terres jaunes », voici la suite de la promenade

séparateur horizontal

des « terres jaunes » au petit pont
hebergeur image

passé cette zone ravineuse jaune,un tout petit promontoire surplombe discrètement la piste hebergeur image

puis c’est le petit pont herbu qui permettait au canal d’irrigation et au chemin de franchir le petit ravin

hebergeur image

debout sur le petit pont je me penche sur le petit ravin où une source intermittente suinte à peine. Quasi inaccessible ce creux…

séparateur horizontal

sous bois en hubac sous le gros mélèze
hebergeur image

ce gros mélèze, on en voit le tronc au milieu en haut de la photo. Tine est toute petite à côté. On voit bien l’ancien canal à droite du chemin, comme un fossé
hebergeur image

le talus moussu à sanguins, très très pentu, presque vertical
hebergeur image

sur les anciennes planches de prairies de fauche irriguées au dessous du chemin, à gauche, reconquises par la forêt, c’est le coin où la chevrette fait la sieste depuis que j’ai entrepris d’éclaircir en dégageant les planches. C’est aussi là que se met parfois le faon de chevreuil et qu’il y a des cèpes.

hebergeur image

Retournons nous et au milieu gauche de la photo vous devinez notre grange

hebergeur image

C’est souvent que nous voyons les écureuils, très sombres bruns plus que roux, comme celui-ci que je dérange au sommet du bouleau, 6 mètres au dessus du petit chemin

séparateur horizontal

éclaircie en balcon

hebergeur image

Tine s’approche du gite du groupmf ! (le groupmf c’est un jeune sanglier mâle, « une bête noire », qui grogne lors de ses batailles avec ses copains en début d’automne) Toujours impressionnant de voir filer une ombre bruyante et grognante alors que l’on ramasse les cèpes

hebergeur image

Retournons nous, maintenant que nous sommes avec une vue plus dégagée : en bas à droite la route départementale, au milieu la falaise aux hirondelles et au couple de faucons crécerelle, au sommet de laquelle le chamois vient nous observer en décembre, la grange n’est pas visible car cachée par la chandelle du tronc mort de bouleau, blanc à gauche, tout troué de trous de pic épeiche

séparateur horizontal

l’ancien  carrefour vers la grange démolie

hebergeur image

Je me suis retourné pour photographier le pin abattu par la neige. J’ai élagué les branches pour pouvoir passer, mais il faudrait que je remette en état la tronçonneuse thermique pour pouvoir débiter le tronc qu’il faut enjamber
hebergeur image

et un sentier bien tracé descend, barré par un bouleau abattu par la neige il y a une dizaine d’années, dont une branche a repoussé à la verticale redonnant un bel arbre. Ne pas franchir, danger !
hebergeur image

il faut en effet continuer à plat et non pas descendre à gauche, barré par le bouleau abattu sous peine de faire une chute d’environ six mètres juste après : la piste a détruit le chemin d’accès et la grange qu’il y avait là : ne subsistent qu’un talus vertical, 3 pierres sous la piste et la tite source qui avait permis de mettre là une grange.
hebergeur image

puis cela se resserre entre deux pins et nous ressortons là-bas dans une éclaircie à flanc de falaise

séparateur horizontal

à flanc de falaise

hebergeur image

ce n’est pas dangereux, c’est même assez large et ouvert, mais fini le talus moussu ou broussailleux, à main droite c’est maintenant le roche d’une petite falaise d’une quinzaine de mètres de haut, et à gauche chute de 10 mètres sur la piste

hebergeur image

le chevreuil empêtré dans l’épaisse neige hivernale il y a deux ans (hiver 2008-2009), a servi de repas au vieux loup solitaire chassé de sa meute, qui a survécu dans notre vallée cet hiver là, tuant trois chevreuils
séparateur horizontal

le sous bois de noisetiers

hebergeur image

là-bas, au bout de ce morceau de ligne droite, il va falloir baisser la tête, je n’ai pas dégagé à la scie les perches de noisetiers pliées par les neiges successives
hebergeur image

à peine relevons nous la tête que nous abordons la dernière courbe du petit chemin, toujours avec son ancien canal d’irrigation à droite, et de nouveaux de gros baliveaux de noisetiers ployés par la neige vont nous obliger à nous plier en deux pour passer dessous
hebergeur image

et non seulement il faut plier la tête mais relever les pieds pour enjamber les gros rochers délogés du mur de pierres sèches à gauche par le passage des cerfs et sangliers. ici, je me suis retourné pour la photo

hebergeur image

tout ce passage est souvent destroy par des rochers de 200 ou 300 kilos chus depuis la chtiote falaise de quelques mètres située au dessus. J’ai beau entretenir, il y a toujours du noisetier à l’horizontale dans nos pattes, grrrr !

séparateur horizontal

la fin du petit chemin

hebergeur image

voilà les derniers mètres. Passé le tapis d’herbe verte, oups, chute de 3 mètres pour tomber sur la piste, chemin et canal ont été détruits, on ne peut pas aller plus loin. mais le talus de feuilles mortes permet de ramasser souvent un ou deux cèpes

hebergeur image

et ce coin ensoleillé permet de cueillir début juillet de jolies gourmandises

hebergeur image

rebroussons chemin sur cinq mètres, descendons à quatre pattes le muret de pierres sèches qui soutient notre petit chemin et cahin-caha descendons ensuite le talus en sous bois pour rejoindre la piste par le layon laissé par toute la sauvagine du coin qui l’emprunte pour gravir ce flanc de montagne ou aller explorer au calme ce petit chemin retourné à la vie sauvage

hebergeur image

arrivée sur la piste, mais ceci est une autre promenade…. (ici les cytises fleuris en sous-bois en début juillet)

séparateur horizontal

 

SUSANNA MASSA |
Bénédicte Delvaux |
Mes dessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "L'ART ET LA PEINTURE"
| Villanova Laurent
| claire fahys