restauration grange de chez les loups Saison 3

Mots-clé : charpente, premiers froids

De l’été indien aux premiers froids, la charpente prend forme

Ch 11 novembre 2005 grand bleu

Ch 11 novembre 2005 été indien
Ch 11 novembre 2005 provisoire

Dernier jour de grand bleu de l’été indien en montagne, ce 11 novembre 2005. Le premier chevron est fixé à l’entrait. Cela m’a pris une journée complète pour positionner provisoirement les 2 chevrons médians. La pente du toit respecte peu ou prou la pente initiale de 43° qui pouvait se lire sur un restant de poutre brulée encore en place au moment de l’achat : Pour faciliter pose et découpe le choix s’est porté sur 45°, et cela évitera à la neige de rester sur le toit trop longtemps. Je vais perdre en isolation et augmenter la difficulté de travail sur le toit mais gagner en solidité, donc pouvoir utiliser des chevrons standards moins chers.

séparateur horizontal

Ch 16 novembre 2005 neige altitude

Ch 16 novembre 2005 un de plus

16 novembre 2005, la neige est tombée vers 2400 m, la température a chûté, il faut de l’antigel pour faire prendre le mortier. Un coup de main d’un jeune homme de 78 ans en équilibre sur un tabouret à roulettes posé sur deux cales à 7 m du sol sur une poutre branlante permet de positionner provisoirement une fausse faîtière pour tenir les chevrons face à un coup de vent comme il y en a toujours en montagne, et régler l’écartement. Le soir, le débord du toit au nord (au premier plan) permettra de mettre le bucher, et le doublet central est fixé. Au moins en provisoire. On remonte après-demain.
séparateur horizontal

Ch 18 novembre 2005 boulonnage

Ch 18 novembre 2005 moitié

18 novembre 2005. Boulonnage sérieux du travail de l’avant-veille et préparation des entailles des nouveaux chevrons. A la nuit tombée, la moitié Nord est plus ou moins finie avec déjà certains entraits de la mezzanine du fenil. La grille (peu visible) devant la future porte du fenil est en place pour éviter qu’un chasseur curieux chute de 5 m. On remonte demain matin tôt.
séparateur horizontal

Ch 19 novembre 2005 boulonnage

Ch 19 novembre 2005 début sud

19 novembre 2005, boulonnage de la partie nord de la charpente après vérification des écartements entre chevrons. Et le soir, la partie sud voit les premiers chevrons fixés. Il a fallu faire glisser la fausse faitière et la doubler d’une provisoire en porte è faux vers le Sud. Impossible à faire seul. Galère d’une demi-journée. On remonte encore une fois demain.
séparateur horizontal
Ch 20 novembre 2005

Le 20 novembre. Travail de dingue en équilibre côté sud, mais à la nuit largement entamée, le doublet de chevrons de l’auvent Sud est fixé. On peut s’y appuyer sans risquer de tomber, pour finir la moitié sud, mais cela sera la saison 4…

Edit > Je m’aperçois que depuis la saison 1, je me brêle les pinceaux dans le vocabulaire. Ce que j’appellais « ferme », en fait comme c’est horizontal ces poutres et qu’elles reposent sur le mur soutenant les autres poutres, ce sont des « sablières ». C’est ma faute, c’est ma très grande faute… J’ai corrigé tous ces mots sauf dans le titre des photos.
séparateur horizontal

 

 

 

 

 



8 commentaires

  1. evelynej dit :

    J’ai hâte de voir le « produit » fini ! C’est géant !

  2. mariuss dit :

    Evelyne > Cela ne va pas trop tarder. Tout ne s’est pas fait en un jour.

  3. Et bien tu avances vite. Une charpente que c’est beau en bois, tu as mis quel bois, du pins, du chêne, du douglas…Vous avez bien bossé et je vois que tu as beau temps en regardant la première photo cela fait plaisir de voir le paysage.
    Combien de personnes pour t’aider à monter la charpente. Moi aussi j’ai hâte de voir la fin.

  4. mariuss dit :

    Douceur > Ben normalement cela est le plus souvent du mélèze (imputrescible) dans mon coin, mais pour des petits bâtiments d’habitat temporaire, il était aussi souvent simplement utilisé des troncs locaux : pin sylvestre ou épicéa, voire chataigner à qlqs kms de là. Maintenant, c’est difficile pour les deux seules scieries qui restent dans la vallée de fournir en mélèze bien sec, ils te le coupent la veille pour l’utiliser le lendemain, donc un an plus tard tu as des hélices d’avion, au prix de l’or. J’ai donc pris du chevron standard 63mm sur 150 mm(ou 160) de section en « bois blanc du nord » (le « rouge est plus cher pour un gain de résistance comparativement faible), c’est donc de l’épicéa des vosges. Mais toutes les parties de platelage (bardage sur parois verticales) sont en vieux mélèze de récup de 200 ans d’âge, négocié au coeur du parc à 2250 d’altitude sur des granges d’alpage, avantage, c’est « cuit » par les UV intenses de haute montagne, cela peut encore tenir 200 ans. Pour les poutres du balcon séchoir au sud j’ai pris du vieux coeur de chataigner de 150 d’âge de récup, même combat. enfin, pour les portes de granges ce sont de vieilles portes de mélèze ou du bardeau de mélèze (planchs de couverture de toiture de grange ruinées à 2300 m) que j’ai usiné et adapté pour mes ouvertures. Les linteaux de portes sont soit du vieux coeur de mélèze de 200 ans retaillé soit du coeur de chataigner de même source que les poutres du balcon séchoir. Je reviendrai plus tard sur les problèmes de toiture et de terrasse, du point de vue des matériaux. Ah, oui, pour les gouttières st, c’est de vieilles gouttières en bois, la dernière en mélèze, je me la suis procuré il y a 3 semaines. A suivre ces histoires de bois.

  5. Merci pour tes explications, je suis une fan du bois et je m’intéresse aux essences des bois.
    Ta grange va être ….j’attendrais les photos suivantes avec impatience comme un roman photo.

  6. mariuss dit :

    Douceur > le plus dur a été d’harmoniser les couleurs des différents bois visibles de l’extérieur, car la patine beige argentée du vieux mélèze ne se prête à aucune imitation de lazure sur sapin ou épicéa. J’ai bricolé en mélangeant des Terres de Sienne véritable et des ocres de provence dans des lazures incolores et rouge douglas, pour atténuer le côté neuf des portions de chevrons visibles en débord de toit. Le fait d’avoir des Terres de Sienne permet de résister au rayonnement UV de montagne qui flingue n’importe quelle protection. quand au mélèze, cela ne se protège pas en extérieur. En intérieur, une fois vitrifié le mélèze rejoint un peu le pin patiné, un peu plus rouge.

  7. Je vais attendre lea suite.
    ARSENE GRISALI

  8. mariuss dit :

    Alain > Ah, bon ? Il va donc falloir que je ponde la saison 4 rapidement , pfff, moi qui espérait souffler…

Répondre

SUSANNA MASSA |
Bénédicte Delvaux |
Mes dessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "L'ART ET LA PEINTURE"
| Villanova Laurent
| claire fahys