Archives pour la catégorie lecture

Lire à la plage

Mots-clé : faut des choses simples qu’encombrent pas l’esprit….

Par exemple, cet été, dans les baraques blanches, orange et rouge, de l’opération Lire à la plage j’ai lu deux trucs que jamais j’aurai ouvert autrement : Succubus blues et Mademoiselle Laguiole….

hebergeur image

Pas un pour racheter l’autre, mais dans les transats orange et rouge, en plein vent, pourquoi pas ? Le deuxième, j’ai pas fini…

hebergeur image

séparateur bleu mince

Photos de l’été  (à la demande de certaines) :

hebergeur image

Et voilà, on a fini la ballade à Vignols, pas mangé, attendu notre grand et ses copains durant 2 h, on s’est raté, ils se sont donc tapé tout le retour à pied, les 9 kms de piste, on les a juste retrouvés au village de Roubion, où j’ai eu le temps de photographier le fameux départ de ce chemin du facteur, pentu, abrupt, juste 200 m avant le départ de la piste vers notre grange. Va falloir que je vous raconte ces fameuses histoires de facteurs…
séparateur bleu mince

Page précédente où je peindu une aquarelle

séparateur bleu mince

 

histoires pour s’endormir

Mots-clé : le rituel de l’histoire pour les petits avant de dormir

Bon, allez ! on arrête, je vous lis la suite demain soir. Un poutou et dormez bien, Pelé et Cyrillusse !

histoire pour dormir

séparateur bleu mince

Page précédente

tag poupée
séparateur bleu mince

On ne jette pas les bisous à la poubelle !

Mots-clé : album littérature jeunesse

Cet aprème je suis allé récupérer un truc dans une médiathèque près de Monaco, sous un ciel bleu ensoleillé, à Cap d’Ail, sur un balcon donnant sur le bleu foncé de la Mare Nostrum, pour faire travailler mes stagiaires vendredi qui vient.

Et là, le choc ! L’album qui tue, sur une affiche, pour faire rêver les petitous et pleurer Margot : illustré par Amandine Grandcolas, écrit par Cathy Dutruch, publié chez Léna en 2008. « On ne jette pas les bisous à la poubelle »

Evidemment je raconte le truc à Tine… Le bisou abandonné va-t-il réussir à s’échapper du sac poubelle ?

Résultat, ce soir cela a donné çà !
bisous poubelleuch

bisous 1

« Vous voilà prévenus… Abandonner un bisou, le laisser glisser de sa joue ou l’essuyer d’un revers de la main, c’est le perdre à jamais. Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il advient d’un bisou chu sur le sol ? Il n’existe plus triste sort pour lui ! Découvrez l’histoire du bisou tout tendre qu’une petite fille déposa un matin sur la joue mal rasée de son papa et qui tombe sur le plancher sans hésiter il est jeté à la poubelle !. Le bisou bravera tous les dangers, le sac poubelle tout noir, les chiens, le vent, et même les gens qui ne font plus de bisous depuis trop longtemps.

C’est plus une recommandation qu’un ordre, c’est une plus un souhait qu’une évidence : « On ne jette pas les bisous à la poubelle ! », c’est comme ça, il n’y a pas forcément à discuter, non mais ! » (ce texte en italique est un montage de critiques internetesques)

séparateur bleu mince

page précédente

tag école

séparateur bleu mince

 

l’orphelin de Perdide

Mots-clé : Stay and enjoy ! Giraud, Laloux,

Un petit bijou oublié d’animation ! Dessiné par Moebius, réalisé par Laloux en 1982, je n’ai trouvé que le début en hongrois, mais c’est normal, cela a été réalisé en Hongrie. Sorti l’année de la naissance de mon grand, la musique est de J.-P. Bourtayre, P. Tardi & C. Zanesi. Bien entendu j’ai l’original légal dans ma DVDthèque. Par contre je n’ai jamais trouvé le livre de Stefan Wul, surtout dans sa couverture rarissime de Brantonne, 1958 avec la chtite fusée rouge kitsch sur la tranche du fleuve noir Anticipation…

orphelin Perdide Stefan Wul

 

Là c’est la plaine mauve des Dolongs que fuit Claude avec son fils Piel, futur orphelin, poursuivi par les frelons…

Image de prévisualisation YouTube

Mariuss déguisé en Yula

Un autre extrait Az Idö Urai 2-8, (ce qui doit vouloir dire « les maîtres du temps ») de moins bonne qualité de repro, permet de découvrir le monde féérique de Devil’s Ball, la planète joyau où Jaffa sauve les gnomes télépathes Jad et Yula, qui ont mal à la tête face à la noirceur de pensée, comme moi face à la konnerie de certains organisateurs de colloq euh comme moi j’ai mal à la tête depuis jeudi, pas lol

Image de prévisualisation YouTube

Oh, bien sûr ce n’est pas Mister Jack ! Mais, au vu des moyens et il y a presque 30 ans….

Bon, je sais, j’avais annoncé Myrtille, mais elle est pas terminée, je vous ai dit que j’ai mal à la tête ce qui est très rare, alors, voilà, et pis ce truc m’a demandé énormément de recherche biblio, j’allais pas le foutre à la poubelle, non ? Bon, je vois que vous appréciez pas mes lectures et mes favourites d’animation, certes vintage. Tant pis, je vais me revoir Boggart dans Casablanca ! (Même pas vrai, un James Bond, lol)

séparateur bleu mince

page précédente

séparateur bleu mince

 

Perfide Albion…

pucelleMots-clé: Anglais, Antibes, Jazz, lithographie, Le Havre, XIX°

Je vous avais promis d’alterner les anecdotes sur mes achats artistiques, un coup un artisse vivant, un coup un artisse mort. La dernière fois c’était Vivant, avec Dury et ma toile de pointu niçois, donc cette fois c’est mort.

Lire ce post en écoutant Where the sun dont shine, que je sais toujours pas poser sur un article.

Le musée Picasso, cela vous dit ? Allez un autre indice : Antibes.

A quelques mètres de là dans le vieil Antibes que j’adore, tout, absolument tout, est pourravé par les anglais.  Ils sont comme des sauterelles. A la devanture des magasins, ya des calicots pour Beeckham, aux terrasses ils sortent des écrans géants pour suivre Angleterre/Nouvelle Zélande, sur les boites aux lettres ya écrit Peter Jones ou Maugham Somerset, les bagnoles ya un volant côté passager…

Volem branler al païs, but impossibeul.

 

Pour de vrai, la boutique c’était Antique Maps & Prints, et le dialogue :

Vous z’avez, bjr, une carte du Havre en Normandie ?

La normandie… Guillaume le Conquérant…

1066 Hastings, ça vous dit ?

                                                               Un carte of Normandy ?

Non, une carte du Havre d’avant 1944,

vous savez quand la Royal Air Force a détruit la ville…
J’y ai trouvé ma première lithographie, de 1863, représentant le plan du port du Havre, aquarellée à la main en jaune pâle sur toute la surface de la ville, mais pas son faux-bourg, par un illustre artiste demeuré inconnu. Et disparu bien avant cette anecdote, imaginée mais dont j’ai vu se dérouler l’équivalent avec un brave monsieur, estimable par ailleurs. Il me semble qu’à l’époque de cette gravure, la Tour François Ier devait déjà voir ses jours comptés, afin de faire de la place pour que les premiers vapeurs puissent entrer plus commodément dans l’avant-port. (36×25 cm)

litho port Le Havre

separ mince

Edit > mes 2000èmes visiteurs (1999, 2000 et 2001) ont été de bêtes robots inconnus, snif.

separ mince

SUSANNA MASSA |
Bénédicte Delvaux |
Mes dessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "L'ART ET LA PEINTURE"
| Villanova Laurent
| claire fahys