Archives pour la catégorie lithographie

le grozibou

Mots-clé : espèce en voie de disparition, hibou grand duc, lithographie aquarellée, XIX°

« La montagne s’assombrit, l’air coule plus frais le long du torrent grossi par la fonte des neiges. En ce clair crépuscule de juillet, les rochers parlent aussi : au bruit de l’eau se mêlent des soufflements étranges de machine à vapeur. La vieille tradition locale a raison, c’est un lieu hanté par les fantômes malveillants. Dans une anfractuosité de la paroi, une forme obscure s’agite, puis deux, des têtes rondes et blanchâtres, des ailes qui battent.. Et voici qu’une ombre massive se détache au ciel, plane à travers la vallée : Le Grand-duc part en chasse.

« Toute la nuit, dans un demi-sommeil, j’entendrai là-haut les chuintements de ses jeunes. Au petit jour, le géant nocturne passe de nouveau, dépose une proie sur une corniche et s’arrête un instant; deux cornes se dressent au sommet de sa silhouette noire. En fin de matinée, je monterai sur les vires gazonnées, sur les touffes dures et piquantes des fétuques, dans le beau granit brun. Des plumes éparses, l’arrière-train d’un levraut tué de la nuit, une grosse pelote grise y attestent la présence des rapaces. Là, couchés au bord du vide sous un églantier fleuri, deux jeunes Grands-ducs roux et dorés par le soleil me fixent de leurs yeux d’ambre…

grozibou1 animé

grozibou2 peur de Tine

« Six ans plus tard, le site est toujours occupé, mais un seul petit semble rester de la nichée. Dans un recoin, une tache d’ocre brunâtre se plaque contre le roc, un adulte aux yeux clos qui demeurera figé là jusqu’à la nuit.

R Hainard Grand Duc dessin

Documentation : Grand-duc en vol vu de dessus Robert Hainard (dessin)

« Aujourd’hui, un pylône métallique tend des câbles mortels devant le rocher. On n’entend plus la belle eau claire, qu’un barrage retient plus haut, mais le torrent des voitures gronde jour et nuit sur la route. Nulle voix inquiétante n’effraye dans l’ombre le passant : le prince des nuits a disparu… »

 

Ce beau texte de Paul Géroudet, probablement issu d’une observation des années 50 au pays des minarets, du secret bancaire et du Milka, résume bien la situation actuelle de ce très gros rapace de la nuit (d’un bout de l’aile à l’autre presque 2 mètres).

Toutefois, dans ma vallée, là où je vais écouter le brame du cerf tout début novembre, là où je vous ai emmené vers les granges de Cerise, au niveau de la partie la plus étroite des gorges avec les a-pics rocheux inaccessibles, notre Gros hibou est toujours là, éloigné des hommes et de leur folie, fut-elle danoise. Oh, je ne l’ai jamais entendu, de toute façon l’impétueux torrent fait tellement de bruit que cela couvre tout, mais il est bien là. Les gardes du Parc en témoignent.

litho grand duc

Planche Eagle Owl (=Grand-duc) Lithographie couleur aquarellée mi-XIX° (27×15) librairie de vieilles cartes

Alors quand j’ai trouvé cette lithographie anglaise en couleur et aquarellée à la main (les seuls yeux), donc d’avant 1860, chez le marchand anglais de cartes anciennes à côté de mon « English Bookshop » favori à Antibes, j’ai craqué.

détail litho grand-duc

séparateur bleu mince

Edit > Tempête de neige sur Nice cette nuit, mais ça a pas l’air de tenir.

séparateur bleu mince

Niceneige1

Ah ben si, ça a tenu et ca glisse dans la petite rue derrière chez moi sous le balcon

séparateur bleu mince

niceneige2

Là où je travaille aussi, au dela de mon mandarinier du balcon sud. Heureusement que je suis en vacances !

séparateur bleu mince

Nice neige3

Bon, pas moyen de monter à la grange, si il y a 4 cm ici, il y a plus de 60 à la grange et je pourrais pas garer la voiture sur le bas côté de la route à cause des congères laissées par le chasse-neige, pour autant que la route soit ouverte vu que mes chaînes ont explosé au printemps, cela risque d(être dur !

séparateur bleu mince

Niceneige4

Le soleil se lève. Le parc où je travaille est toujours dans l’ombre, alors j’ai visé au dessus.

séparateur bleu mince

Niceneige5

Le soleil va bientôt atteindre mon balcon nord sur lequel je suis pour prendre cette photo. Dans la rue située au centre de la photo, point d’accès en pente vers l’autoroute, rien ne circule depuis ce matin. On va attendre que cela fonde. Pas de grange aujourd’hui. C’est le réchauffement climatique. Yavait pas eu de Nowelle blanc à Nice depuis 50 ans :-D

Niceneige 6

Le soleil tarde à se pointer sur le balcon, il est tellement bas qu’il n’arrive pas à passer par dessus le reste de l’immeuble. Au sud je suis ensoleillé mais pas ici au nord

Niceneige 7 galets

Et cela a fondu en ville à midi, sauf sur les galets de la plage de la Prome’ (=promenade des Anglais)

séparateur bleu mince

page précédente

Tag lithographie

séparateur bleu mince

 

content, il nage sur le dos

Mots-clé : poissons plats, sole, plie, flétan, lithographie, XIX°

Je ne suis pas plus pêcheur que chasseur. C’est le côté oeuvre d’art du mec  qu’a dessiné et gravé ce truc qui m’intéresse. Je vous l’avais pas montré cet achat là. Obtenu de haute lutte sur le marché mensuel du samedi aprème « aux vieux papiers », place du Palais de Justice, dans le vieux Nice. Purée, ils sont durs à la négociation ! Mon seul atout, c’est que c’était hors saison et que je fais pas trop touriste ni bobo. En plus, c’est pas des poissons de Méditerranée ni des trucs spectaculaires comme des oiseaux à la Audubon ou des fleurs ou des tigres. Du coup, litho petite, n’intéressant personne, le prix était jouable. Vous auriez-vu par contre, le prix des lithos de loup !!!!

marchandage litho poissons

Là, c’est un clin d’oeil à mon passé normand cauchois du littoral. C’est des poissons plats de l’Estuaire de la Seine, au Havre, une sole (très commune) et une plie (moins fréquente) ainsi qu’un Flet ou Flétan.
litho poissons plats

Pleuronectes (=poissons plats) Lithographie couleur fin XIX° (titrée. 24×15) Collection personnelle. étal d’Antiquaire

C’est vieux, mais pas trop, probable fin XIX°, planche lithographiée en couleur extraite d’un livre français sur les poissons, inidentifié. L’original est superbe, moins rosé, plus jaune (le scanner peine sur ce type de document) et la « couleur » des poissons est très fine, argentée, brillante, comme un poisson frais (au scan, j’ai pas réussi à bien faire ressortir ce brillant et les numéros, j’ai cru que c’était une poussière alors ils ont été supprimés)

séparateur bleu mince

Edit > Bon, je reconnais que ça fait un peu botté en touche, mais avec les copies j’ai moins de temps, le post de la suite de la déco de Nowelle est pas prêt, même si j’ai l’idée, alors comme celui là était quasi fini et qu’il est bien dans la ligne initiale de mon blog qui s’appelle quand même Artistes et pas seulement Mariuss, pis que j’adore cette litho de poissons, alors voilà. Bon, c’est pas tout çà mais mes copies ont pas trop avancé aujourd’hui, grrrr !

séparateur bleu mince

Page précédente

Tag lithographie

séparateur bleu mince

 

 

Perfide Albion…

pucelleMots-clé: Anglais, Antibes, Jazz, lithographie, Le Havre, XIX°

Je vous avais promis d’alterner les anecdotes sur mes achats artistiques, un coup un artisse vivant, un coup un artisse mort. La dernière fois c’était Vivant, avec Dury et ma toile de pointu niçois, donc cette fois c’est mort.

Lire ce post en écoutant Where the sun dont shine, que je sais toujours pas poser sur un article.

Le musée Picasso, cela vous dit ? Allez un autre indice : Antibes.

A quelques mètres de là dans le vieil Antibes que j’adore, tout, absolument tout, est pourravé par les anglais.  Ils sont comme des sauterelles. A la devanture des magasins, ya des calicots pour Beeckham, aux terrasses ils sortent des écrans géants pour suivre Angleterre/Nouvelle Zélande, sur les boites aux lettres ya écrit Peter Jones ou Maugham Somerset, les bagnoles ya un volant côté passager…

Volem branler al païs, but impossibeul.

 

Pour de vrai, la boutique c’était Antique Maps & Prints, et le dialogue :

Vous z’avez, bjr, une carte du Havre en Normandie ?

La normandie… Guillaume le Conquérant…

1066 Hastings, ça vous dit ?

                                                               Un carte of Normandy ?

Non, une carte du Havre d’avant 1944,

vous savez quand la Royal Air Force a détruit la ville…
J’y ai trouvé ma première lithographie, de 1863, représentant le plan du port du Havre, aquarellée à la main en jaune pâle sur toute la surface de la ville, mais pas son faux-bourg, par un illustre artiste demeuré inconnu. Et disparu bien avant cette anecdote, imaginée mais dont j’ai vu se dérouler l’équivalent avec un brave monsieur, estimable par ailleurs. Il me semble qu’à l’époque de cette gravure, la Tour François Ier devait déjà voir ses jours comptés, afin de faire de la place pour que les premiers vapeurs puissent entrer plus commodément dans l’avant-port. (36×25 cm)

litho port Le Havre

separ mince

Edit > mes 2000èmes visiteurs (1999, 2000 et 2001) ont été de bêtes robots inconnus, snif.

separ mince

SUSANNA MASSA |
Bénédicte Delvaux |
Mes dessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "L'ART ET LA PEINTURE"
| Villanova Laurent
| claire fahys