Archives pour la catégorie train

30 ans de progrès avec le TGV

Mots-clé : et de services aussi !

Tine a pris le TGV pour faire un beau voyage de 1380 kilomètres. Elle est beaucoup contente….

hebergeur image

hebergeur image

hebergeur image

séparateur bleu mince

hebergeur image 

Comme quoi tout change : quatre ans juste avant le TGV, en 1977, voilà ce qu’ils nous proposaient, lol

séparateur bleu mince

Suite

Page précédente où mariuss tente le tout pour le tout pour son ventrou

séparateur bleu mince

 

tout le monde en veut

Mots-clé : et venant du sud, toute remplie de parfums floraux

Qui voilà, qui a réussi à avoir un train et que ce train a trouvé Paris ? C’est notre Sophie-astuces bien aimée ! Yeah !

hebergeur image

hebergeur image

Image de prévisualisation YouTube

Nowelle au bord du lac de Nice. J’avais oublié de vous la montrer.
hebergeur image

hebergeur image

On sent bien qu’on va tout se prendre dessus pour la sortie de la messe ce dimanche

hebergeur image

Suite

Page précédente où Twix court partout

hebergeur image

 

Tine pas là…. :-(

Mots-clé : absence, long, très long, trop…

hebergeur image

hebergeur image 

En attendant, puisque le retard réel du TGV Paris au départ a été d’1h30 et non des trente minutes annoncées et de 4h30 au total une fois à l’arrivée, je crois que j’ai bien fait de lui mettre dans son sac une lampe frontale – qui clignote aussi en rouge – deux barres de Grany fruits rouges et une couverture de survie dorée. Passe qu’au retour je sais pas quand je vais vraiment la récupérer ma Tine.

Joyeux niversaire Tine !
hebergeur image

séparateur bleu mince

Suite

Page précédente avec les mésaventures du plus sage 3

séparateur bleu mince

le train des pignes

Mots-clé : ancien temps, voie étroite, brinqueballant, pas très rapide, Ferrandez

Ben, le fils à Tine et mariuss,  nous a posé à la Gare du Sud où on a pris le « train des pignes« . C’est des pommes de pin, les pignes.Le petit train bleu va tellement lentement qu’on a le temps de descendre, de ramasser la provision de pignes pour allumer le barbecue et de remonter sans problème. Nous, on étaient toutes seules dans la petite remorque : c’est nul, on est secoué pire que dans les tamponneuses à la foire et on voit les rails qui se promènent d’un côté de l’autre. Pampérine elle a même gerbé malade et tout, alors pour la remonter je lui ai donné de mon bib’ qu’elle a bien aimé Sourire

 Et pis on a fait la bataille de pignes Rire en attendant le grand frère à Ben !
hebergeur image

séparateur bleu mince

Une histoire mouvementée : Chemin de fer de Provence, Nice-Digne par les gorges profondes, et une vitesse de pointe qui peut atteindre 60 km/h pour l’autorail bleu actuel.

Neuf : mot tabou aux cépés (CP=Chemin de fer de Provence) tiré du lexique client en lien au dessus

« Quand il y a quelque chose de neuf aux cépés, il faut se méfier » (proverbe provençal)

 

hebergeur image

illustration aquarellée d’Olivier Geerinck
hebergeur image

Attente, souvent très longue, à une halte facultative (faire signe au mécanicien =machiniste)  face à une voie métrique déserte

hebergeur image

L’ancien autorail, il me semble rouge pâle et jaune crème dans mes souvenirs de quand j’étais petit, mais je ne suis pas sûr, et le seul que j’ai retrouvé, transformé en restau abandonné, est tout rouillé et taggué

hebergeur image

La motrice bleue actuellement en usage et sa remorque, dans une situation un peu inhabituelle

hebergeur image

 Je roulais quand… Semi-remorque tombé sur la voie unique. Touêt-sur-Var octobre 2009 cliché Nice-Matin

hebergeur image

d’après le dessinateur niçois Jacques Ferrandez dans sa nouvelle en BD « Le train des pignes, voici l’une des versions de l’expression 

hebergeur image

 Toujours vue par Ferrandez, en BD, les pittoresques petites gares, dans un paysage de roubines revêtues de pins sylvestre (ceux donnant les pignes) et de chênes blancs

Vous saviez que ma marraine et grand-mère Marie (Eudoxie pour la famille), la femme de Marius, était chef de gare à Marseille et que j’étais abonné de longues années à La Vie du Rail, lol

séparateur bleu mince

Découvrez L’art du nuage en peinture et en photo au musée Malraux du Havre

séparateur bleu mince

Page précédente où Tine choisit on tableau et où on vote

Tag Pampérine
séparateur bleu mince

 

La Provence de Daudet

Mots-clé : omnibus, premier prix de lenteur

Pour aller de Paris à Marseille (moins de 700 bornes) en TGV faut guère plus de 2 h30.

Mais pour aller de Marseille à Nice (environ 220 bornes) dans ce même TGV, on a le temps de profiter des paysages provençaux décrits par Alphonse… Presque 3 h !!!!!….. Quand il y a pas de retard pour une raison inconnue.

Où il est le temps où ma grand-mère, chef de gare à Marseille, m’expliquait qu’à la SNCF un train ne devait jamais avoir de retard et arrivait toujours à l’heure !

hebergeur image

 

séparateur bleu mince

Photos de l’été  (à la demande de certaines) : saviez-vous que le Havre est un grand port ?

hebergeur image

L’Amérigo Vespucci sort de l’avant port presque incognito (sans voiles, question de sécurité et il n’est pas en parade)

hebergeur image

…Un énorme tanker, plein à couler (bas sur l’eau) arrive TRES encadré par trois abeilles : une devant qui tire, deux derrière qui l’empêchent de dériver. Sur son erre, à 8 noeuds, un tel navire parcourt une douzaine de milles avant de pouvoir s’immobiliser (ici il rentre à deux noeuds environ dans l’avant-port). A quelques mètres du terminal gazier, le Port Autonome ne préfère prendre aucun risque

hebergeur image

… Une abeille positionnée en attente d’un navire à capacité de manoeuvre réduite, en chassé-croisé avec le retour d’une vedette des pilotes à donf !

hebergeur image 

… Infidélité au Havre : nous sommes allés voir les bateaux dans le port de Fécamp. Ici, un vieux gréement au bizarre mat avant rabattable. Peut-être un bateau fluvial ?

séparateur bleu mince

Page précédente avec la joie de la famille

Tag Pampérine
séparateur bleu mince

i-dtgv

Mots-clé : c’est pas que c’est long mais c’est interminable

Notre zamie Châtelaine a mis au TGV nos terreurs, toujours avides des petits plaisirs de l’existence :

« Tu sais quoi, Pampérine ? Je crois qu’elle nous a eu, Tatie… »

« Vui, toute une rame de nunuches en train de chanter Douce nuit, elle a du avoir du mal à  réserver un tel billet »

hebergeur image

Force doit demeurer à l’autorité parentale !
séparateur bleu mince

Photos de l’été  (à la demande de certaines) : Parlons un peu bateaux si le voulez bien… Normal, c’est un grand port.
hebergeur image

Sur l’estacade de Sainte-Adresse, Tine observe longuement les mouvements des navires entrants ou sortant du port.

hebergeur image

 … le ballet des abeilles (=remorqueurs) qui vont faire le tour de la bouée pour passer du port ancien à port 2000
hebergeur image

un Roll-on (=ferry pour camions) qui attend en rade la marée pour entrer dans le port
hebergeur image

 … ou un petit porte containers peu chargé qui rejoint son terminal.

séparateur bleu mince

Page précédente où les fers à défriser chôment pas

tag Pampérine

séparateur bleu mince

 

attendues à Saint Lazare

Mots-clé : correspondance ferroviaire, expo pinacothèquique

Voilà nos deux terreurs prises en charge par Tatie Douceur qui va les accompagner de Saint Lazare à la Gare de Lyon afin qu’elles puissent rejoindre les alpages où un séjour de découverte des marmottes les attend

hebergeur image

hebergeur image

Gare St Lazare, extérieur Claude Monet 1877 HST collection particulière (pas la mienne, snif ! MecontentAu fait j’ai vu que le jardinier de Giverny, découpait les toiles déchirées par Monet sur le tard pour revendre des ti bouts, que l’on commence à trouver aux enchères, ce qui vous fait un Monet abordable lol)

hebergeur image

 Gare St Lazare, extérieur, le signal Claude Monet 1877 HST 82×66 cm Hanovre. J’ai choisi celle-ci comme la précédente car elles sont moins connues. En fait, il avait triché demandant à la Compagnie de Chemin de Fer de pousser à fond les locomotives pour avoir un max de fumée…

Z’avez noté la manière subtile d’introduire l’expo Monet 2010 à Paris ? (attention, long à charger, plus de 40 secondes)
séparateur bleu mince

 Travaux à ma ferme viticole saintongeaise :
hebergeur image

Le toit, charpente et couverture, est terminé, tout en tuiles anciennes, reste plus qu’à démonter la couverture du vieil auvent agricole situé à l’est (à droite) et raccrocher le glycine qui pendouille devant la porte (milieu de la photo).

hebergeur image

La charrette  à foin a repris sa place sous le ballet (=auvent charentais) où nous stockons le bois. Il ne reste plus qu’à attendre que l’herbe repousse (au premier plan à droite), débiter les restants de charpente en bois pour le feu (au milieu) et démonter la charpente du hangar maintenant qu’il est découvert. Pis payer la facture, bien sûr. Mais c’est rin beau ! Dix ans qu’on attendait pour le faire.

Maintenant je vais pouvoir aménager la grange en lieu d’exposition temporaire estival pour mes amis artistes allemands ou belges et m’occuper d’un deuxième endroit pour accueillir du monde (partie médiane-gauche de la photo du haut, volets gris)

Image de prévisualisation YouTube

Jazz de rue à la fête de Port Maubert (par mariuss) (pour répondre à l’espièglerie de certaines qui trouvaient que le vent couvrait trop le son de la mer dans la vidéo précédente, na !)

 

séparateur bleu mince

Page précédente où des bizoux sont échangés

tag Pamperine
séparateur bleu mince

 

voyagez zen en Lunéa

Mots-clé : unaccompagned minor, le bôôô voyage

Loi Informatique et Liberté : Retranscription d’un enregistrement effectué en gare SNCF du Havre sous l’égide du plan Vigie pirate écarlate. Durée d’archivage 5 ans

Voix féminine de type caucasien, accent du Sud : « Tu crois que c’était une bonne idée d’expédier les deux terreurs en stage chez les marmottes ?

Voix masculine de type caucasien, très fort accent méridional : « Ecoute, Arnica et Myrtille on peut leur faire confiance sur l’alpage. Et puis de toute façon, quesse tu veux qu’on en fasse, Biberonnette n’a même plus où aller, son domicile a disparu.

(rechercher les dénommés Arnica et Myrtille – probablement des codes ou des surnoms d’autonomistes savoyards)

Voix féminine de type caucasien sus-citée : « En tout cas je trouve que l’air de la mer et les embruns leur ont fait du bien, elles étaient pâlottes les terreurs.

Voix masculine de type caucasien sus-citée : (Rire) « vui, surtout au niveau des cheveux, elles sont mignonnes bouclées comme ça (Rire). En tout cas elles avaient l’air contentes de ce voyage, ça se voyait bien.

 

hebergeur image

 Biberonnette et Pampérine, ci-dessus, apprécient très fort l’effet des embruns sur leur look capillaire…

hebergeur imageAvec moi, petite fille, Champomy ?

séparateur bleu mince
Page précédente au revoir petite fille

tag Pamperine

séparateur bleu mince

 

le départ en week-end (2)

Mots-clé : ne pas confondre vitesse et précipitation

Chez toutes les zamies, on s’empresse pour aller préparer le week-end, même si les copies sont pas toutes corrigées, afin de préparer la siouper fête du 28. Certaines ont un chat… Pas facile de voyager avec un chat, mais je crois que le week-end s’est bien passé quand même…

le départ 2

 

séparateur bleu mince

Et bien sûr toujours nouveau : la photo, tant attendue par certaines, de Pilou, le renard

séparateur bleu mince

Pis pour répondre à une question d’Arsène/Alain sur les éruptions solaires et les aurores boréales :

Bon, alors voilà, j’esseplique : Le Soleil est tout seul, là-bas loin dans l’espace, pooov petit Soleillou abandonné dépourvu de tout. Et par dessus tout il a pas pris son cache-nez, alors, bien sûr, des fois il attrape froid et il éternue, voilà c’est pas plus compliqué pour les éruptions solaires.

Bon, pour les aurores boréales, j’ai cru comprendre que c’est les fées du nord, là oùsseque c’est les ours blancs, qui ont un château. Et de temps en temps faut bien aérer un peu,alors elles ouvrent les fenêtres en grand, et on voit les rideaux s’agiter dans le vent comme des draperies ondoyantes. Bon, je sais, les fées ont un goût achié, on n’a pas idée de mettre des voilages verts et roses chez soi, mais tout compte fait sur le ciel cela fait joli quand même quand ça ondule.

Voilà, voilà, c’était la vraie explication véridique de ces phénomènes, alors vous pensez bien que c’est pas avec un satellite bourré de boulons et de puces électroniques que les zaméricains ils vont pouvoir trouver çà…
signé : mariuss grand savant

séparateur bleu mince

Rubrique « mon voyage dans les pays nordiques » :
J’ai rechargé mes réserves, grâce au Super U de la plage près de Port’O (=La Porte Océane) au Havre, ou alors au Carrefour Market de Sanvic près des jardins suspendus avec les fleurs carnivores, j’sais plus, mais je crois qu’on va pouvoir tenir le 28 pour la fête des zamies.

champomy au Super U Porte Océane du Havre

Je vous laisse apporter la grenadine… Moi je me charge du Champomy.
séparateur bleu mince

Page précédente où l’on voit une autre amie se préparer

séparateur bleu mince

 

le départ en week-end

Mots-clé : Quelle tenue choisir pour tout ce soleil qui nous attend ?

Aujourd’hui, mes zamies se préparent pour le goûter dans le château enchanté, où elles vont s’amuser et boire des grenadines. Une dernière fleur au chapeau et elles seront prêtes.

le départ 1

Je les soupçonne de préparer une surprise pour la fête d’une  autre zamie qui se profile le 28… genre gâteau à la crème de framboises

séparateur bleu mince

Page précédente

séparateur bleu mince

 

la grosse excuse

Mots-clé: droit du travail, cas de force majeure, éruption volcanique

Résumé : Cela fait deux jours que mariuss panique avec le coup du nuage du volcan islandais !

bien essayé

Monsieur Le Chef d’Etablissement,

La ligne aérienne entre l’aérosurface gazonnée du pied du Mounier à Valberg et l’aéroport international de Nice étant coupée à cause du nuage volcanique, la ligne de chemin de fer du train des Pignes depuis la halte de la Tinée (gorges de la Mescla) n’étant plus desservie, bien que n’appartenant pas à la SNCF, au niveau du noeud modal de la Préfecture de Nice par suite d’un mouvement social d’une certaine catégorie de personnel, le chemin vicinal forestier conduisant à la route départementale étant impraticable en raison du risque 4 d’avalanche de neige pour le hors piste, il m’est donc impossible de prendre mes élèves pour raison de force majeure.

De plus, leurs copies ayant subi des retombées soufrées et siliceuses micronisées, il serait dangereux de les leur rendre, le principe de précaution m’a donc conduit à les stériliser par le feu.

Veuillez agréer, M. LCd’E, l’expression de mon dévouement au service public.

séparateur bleu mince

Rubrique « mon voyage dans les pays nordiques » :
J’ai appris un truc pour plus me tromper avec le changement d’heure : C’est un dicton viking, traduit en vieux normand

Pour tertous qui se posent à chaque fos eul grinde question lorsqu’i vint le temps ed’changi d’heure : On avinche ou bien in arcule ? »

Te veux un truc pour t’in rappeler…

Ravise bin.

…en OCTOBRE: cha finit par RE donc on recule la t’chiote aiguille

…en AVRIL: ça qu’minche par AV donc on avinche cette t’chiote aiguille

t’as tout compris ? Ché bin..

cadran solaire1638
Cadran solaire à l’heure d’été du pigeonnier de la Bouteillerie (1638) au Parc de Rouelles (Le Havre)

séparateur bleu mince

et puis un excellent post sur les blogs girly chez Liliaimelenougat

séparateur bleu mince

Page précédente

séparateur bleu mince

 

Flocon et le train

Mots-clé : parfois la distance entre bonheur et son inverse est très faible.

C’ést l’histoire d’une petite fille dans un train.

C’était un long voyage vers elle ne savait où.

Quand elle était montée dans ce train, avec ses parents, ses sœurs, on lui avait dit d’être gentille parce que le voyage serait long, et que parfois le train n’allait pas exactement où on pensait qu’il devait aller.

Mais cela ne lui posa pas de problème car de toute façon elle était gentille.


Dans son wagon, elle rêvait, une petite musique dans la tête et des étoiles plein les yeux pendant que le train filait vers des royaumes ensoleillés au travers d’une nuit complice.


Et puis elle découvrit des lions et des éléphants, et des girafes aussi sous le soleil.


Son papa avait été obligé de descendre à une petite gare pour régler une affaire urgente, ses sœurs jouaient moins souvent avec elle dans son wagon, occupées qu’elles étaient avec leur panoplie de docteur pour l’une et pour l’autre une panoplie sûrement tout aussi importante mais cette andouille de train, dans sa folle course, a oublié de me dire ce que c’était.

De toute façon, cela n’avait pas d’importance, car la petite fille s’amusait bien dans son wagon, mieux que si elle avait été sur les petits nuages blancs et un peu bleu et rose qui floconaient pendant que le train continuait son voyage.


La petite fille avait de plus en plus de paillettes dans les yeux, et la petite musique dans sa tête était de plus en plus présente… Car là-bas, au milieu des éléphants et des girafes elle avait récupéré un trésor. Et elle chantonnait pour ce trésor, même si elle s’était rendu compte que cet andouille de train volage avait changé de direction.

Mais la petite fille s’en moquait car de nouvelles étoiles brillaient dans ses yeux. Jamais autant de myriades d’étoiles et de paillettes n’avaient brillé dans les yeux d’une petite fille se disaient les autres passagers du train.


La petite fille était la seule à entendre la musique dans sa tête si forte, si pure, si cristalline. Et son rire tintait faisant écho à la musique dans sa tête et rehaussant les étoiles et paillettes dans ses yeux. Il n’y avait plus de nuit, plus de jour, plus d’andouille de train divagant. Il y avait… le doudou qu’elle avait trouvé dans un wagon voisin. C’était le plus beau des doudous. Celui dont rêvent toutes les petites filles. Et ce doudou lui avait offert un autre trésor.


Et maintenant dans leur wagon, on ne voyait qu’eux : la petite fille avec sa musique dans la tête, ses étoiles et paillettes dans les yeux, son doudou et ses deux trésors.



Et cet andouille de train a du emprunter bien trop vite une voie où les rails étaient mal boulonnés.


Un cahot imprévu, et le doudou s’est envolé par la fenêtre vers les lourds nuages noirs. Le train dit qu’il n’y était pour rien, que c’est un sorcier qui a envoyé au vent un maléfice.


Quoiqu’il en fut, Flocon restait juste avec ses deux trésors et la musique et les paillettes s’étaient envolées, les étoiles ne se voyaient plus au dessus de cet andouille de train qui continuait sa course sous les nuées noires et sombres secouées par le tonnerre. Flocon pleurait…


Vint le contrôleur, un méchant homme qui prétendait que Flocon n’avait pas son billet. Dans le wagon, on ne voyait plus qu’une petite fille triste serrant contre elle très fort ses deux trésors et dont le regard se perdait dans les nuages.

 


Je n’ai jamais su la fin de l’histoire, cet andouille de train ne s’intéresse pas à ses voyageurs.


J’ai entendu dire, mais on dit tellement de choses, que la petite fille était toujours dans le train, que le contrôleur aurait accepté d’attendre l’arrêt suivant pour lui réclamer son billet, que des voyageurs se seraient cotisés pour réunir des piécettes, que sa maman lui aurait fait parvenir une bourse avec d’autres piécettes, que Flocon aurait fait rire des enfants pour prolonger son billet, qu’un vieux voyageur lui aurait remis quelques paillettes dans les yeux avant de descendre à l’arrêt suivant. Mais je le répète, le vent emporte tellement d’histoires que dans ce train on n’entend pas grand chose, à la fois tout et rien.

 


Alors je vais tenter de finir l’histoire à mon idée. Moi je crois que Flocon est toujours dans le train.


Avec ses deux trésors serrés contre elle. Et un doudou, oh pas SON doudou, mais un doudou, et dans ses yeux il y a encore des paillettes et des étoiles, et dans sa tête il y a toujours la petite musique, et l’on entend toujours les petites notes cristallines tinter lorsque coule son rire. Et parfois elle rencontre encore son doudou, dans un nuage ou la nuit, car en fait il est toujours là, caché.

 

Je dédie cette histoire à V.

 

Et lorsque j’ai écrit cette histoire j’ai pleuré, trop pour faire un dessin, car mes larmes mouillaient le papier

séparateur bleu mince

page précédente
séparateur bleu mince

le scénar de l’histoire du train de nuit

Mots-clé : scénarisation, recherche storyboarder, chaud, hot

Je l’avais annoncé en comm’, pour m’y retrouver, j’ai été obligé de scénariser un peu les gaudrioles de Mariuss dans ce fameux trip ferroviaire vers le festival de Cannes et Nice. Voir la catégorie train.

- Elle s’en va, après lui avoir laissé un bisou sur le front

- sur un petit nuage, avec un texte qui tue concernant le train puis file se démaquiller de profil après avoir craché ou vidé une bouteille d’eau

- Allongé, épuisé avec trois bizoux le bas devient flou, se déchire tandis que la sonnerie retentit. Pouf ! Il se réveille sortant de son rêve (trouver une raison ou un gag pour la sonnerie ou alors une vieille qui le secoue pour Bordeaux)

scenario train

- Sonnerie Tine demande s’il a été choumignon, s’il ne s’ennuie pas trop tout seul * alors là, krrr le coup du tunnel * un tunnel entre Saintonge et Bordeaux ? Fait la tronche et va sortir ses grands ciseaux

- Attente du train en retard et un gros sac très lourd panneau voies 1-28 voies A-Z. foule floue derrière.

- train Hendaye, Biarritz avec tous les mecs trimbalant dynamite et TNT (??? y vont se vexer??)

- il se casse la gueule sur son sac pendant que la petite brune culottée chvx bleutés-violacés pouffe avec son sac à roulette rouge, tout en lui disant hello Zouzou !

- la foule floue se dissout à chaque affichage, et il ne reste plus que deux ou trois personnes en silhouette et Zouzou cheveux bleutés-violacés, qui lui propose, en pouffant, si rien ne vient de se partager une chambre d’hôtel pour aller regarder bonne nuit les Zouzous.

- avec le contrôleur et le wagon 16 supprimé et tous les autres fermés et 55 min de retard et il va rater bonne nuit les zouzous (vérifier le titre) tandis que brune + blonde (à lunettes ?), assez canon, cherchant couchettes pour festival Cannes et plus si affinités

- Proposition d’échanges jusqu’au bout de la nuit bien que dans leur compartiment il y ait pas de filles. réponse qu’il a ce qu’il faut dans le couloir et jusqu’à quelle heure on peut les rejoindre pour le plan d’échange. Comment dessiner ce dialogue ? et le couloir surpeuplé ?

- Le coup de la fille aux gros poumons qui veut quand même se glisser dans le couloir sur toute la longueur du wagon ?

- La blonde canon de la veille qui lui fait coucou le matin, en lui demandant s’il a passé une bonne nuit – avec un gros clin d’oeil, pdt que la brune devient toute rouge… Comment rendre le matin ? Mariiussest-il visible ? Rougit-t-il ?

- la fille aux gros poumons, repasse et lui fait aussi un clin d’oeil en lui demandant si la nuit était bonne ?

- dans le couloir un voyageur prend à témoin sa voisine que voilà un jeune homme qui a passé une bonne nuit – engrenage pour montrer la perplexité – alors il se regarde dans le miroir : plein de traces bizoux de gloss rouge

- Je vous ai raconté des couffes, la réalité la voici : plein de vieux et tassé comme des sardines dans un environnement sale et bruyant. Comment dessiner des vieux tassés dans un environnement sale et bruyant ?

séparateur bleu mince

 

les secrets du refroidissement

Mots-clé : pas répéter, sous le sot du secret, chuchotis

Je vais tout vous dire à propos du refroidissement évaporatif : Vous savez déjà, grâce à Lulu, que

1. Mariuss risque la grippe porcine en mangeant du chocolat noir provenant du Mexique (le Mexique c’est le MAAAL ! )
2. Mariuss protège la planète : il est écocitoyen en achetant du café issu du commerce équitable. Voici la suite :

les secrets chuchotés
3. Mariuss n’aime pas boire son café chaud

4. Gourmand de chocolat noir, s’il en a encore c’est qu’il a été choumignon, donc que Tine lui en a re-offert parce qu’elle a bien compris qu’il avait rien fait avec Zouzou, qu’il était innocent comme l’agneau qui vient de naître.

5. Que son balcon fleuri (mandarinier, bégonias…) de la cuisine donne plein sud sur un parc super tranquille, où presque personne le voit.

6. Que le bouquet de fleurs rapportées de la grange montre qu’actuellement ce qui est fleuri chez les loups ce sont les coucous et l’amélanchier (je reconnais, là c’était difficile)

7. Qu’il pousse l’amour de l’art et des impressionnistes jusqu’à avoir comme sets de table, les nymphéas de Claude Monet.

8. Que c’est un très très gros gourmand, parce que pour avoir le service à café collector véritable « Wagons-lits de l’Orient-Express » complet, offert avec les points des tablettes de chocolat noir, éclats noir aux fèves de cacao grillées, faut s’en goinfrer des tablettes et des tablettes, mais c’est pas la classe ce service à café de l’Orient-Express ?

9. Qu’il est vraiment vieux, d’une génération où on s’épile pas.J’aurai pu rajouter, qu’il a le torse de Keanu Reeves et le ventrou potelé des baigneuses de Renoir, mais ce serait ne pas faire preuve de modestie…

C’est y pas des secrets, çà ? Vous vous attendiez à quoi ?

séparateur bleu mince

 

le refroidissement évaporatif

Mots-clé : mal à la tête, grosse fatigue, toutes ces émotions m’épuisent, reprendre des forces.

En jouant sur les phases d’une onde lumineuse, il est possible de conférer à un faisceau laser un moment cinétique orbital permettant de créer des structures lumineuses tournantes, où des nuages d’atomes peuvent être piégés et mis en rotation comme s’ils étaient transportés par de microscopiques roues de fête foraine. Le fait que la vitesse de l’atome diminue équivaut à un refroidissement par diffusion. Un peu comme quand on souffle sur un café brulant pour le refroidir : de façon répétée, on élimine sélectivement les atomes les plus chauds, ce qui diminue l’énergie moyenne (et par conséquent la température) des atomes restants.

(Sonja et Aidan ARNAOLD sont MCF à l’Université de Glasgow. J’ai pas compris tout ce qu’ils racontent mais la veille scientifique et technologique passe aussi par ces longues heures de lecture passionnante – j’ai un peu déformé leurs propos, mais pas plus de trois mots)

souffle sur son café

 

café équitable Orient-Express et chocolat noir Auzoux Mexico

Sinon, que vous apprennent ces photos sur Mariuss par rapport aux posts précédents, dont ma poule 4, l’éclipse ? Quels liens avec le train, avec l’actualité récente ? A vous chères lectrices et lecteurs.

séparateur bleu mince

 

Mariuss is back et se demande s’il est toujours le best 5

back 5 le tunnelMots-clé : le retour, Dom Juan, boulette
Oups ! L’ambiance devient moins romantique.

Ce soir là des nuages d’orage galopaient au dessus du train. c’était devenu le train de l’enfer…

 

Si vous découvrez la série sur le train, je vous recommande de commencer par le début, en consultant « train » dans le nuage de catégories en marge à droite… Puis mettre un coup de Ctrl+End pour commencer en bas du bas, au premier post de cette aventure. je sais c’est compliqué, mais je sais pas le programmer autrement sans foutre la bouse ailleurs dans le blog.

 

Edit > au fait, qui sera la première (le ?) ? Celle qui posera le 500° commentaire ou la 5000° visiteuse ?

Cela va se jouer entre cette nuit et la nuit suivante probablement….. Les nuits seront chaudes !
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

séparateur bleu mince

 

Mariuss is back et même pas honte d’être better than ever… 4

la honte ba²ck 4Mots-clé : grands enfants, affinités, ya pas d’âge pour çà

Le train s’enfonçait vers l’inconnu dans la nuit fraîchissante, tandis qu’à l’intérieur, dans une atmosphère moite, la chaleur montait, et…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’‘y pense, brusquement, le site de debout les Zouzous, incontournable ! En fait, je suis comme Panda, totalement geek de ce truc que j’ai découvert dans une chambre d’hôtel.

 

 

 

 

séparateur bleu mince

 

qu’a bien pu voir Mariuss à 21h22 dans le train ?

qu'a t'il vu ?Mots-clé : suspense, sadisme, foutage de gueule, gagne du temps car il a pas préparé de dessin

 

Voilà le sondage que je n’ouvre qu’une journée. Il faut avoir lu le post précédent (Mariuss is back 3)

qu'a vu Mariuss qui puisse le mettre dans un tel état ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

 

 

 

 

séparateur bleu mince

 

Mariuss is back et is bitter comme jamais… 3

le couchant back3Mots-clé : pénible, poulette, Bide & Bizoux, moment de bonheur

Le couchant prenait des teintes de plus en plus pourpres et l’ovale de la Lune gibbeuse rougissait en s’abaissant progressivement dans les brumes jaunâtres de l’horizon. La première étoile filante est passée, j’ai fait un voeu. Le crépuscule était tombé.  Le train du désir s’enfonçait dans l’obscurité qui montait vers ce moment charnel qu’est le crépuscule astronomique. Copernic brillait encore un peu, mais Antarès la rouge était encore très sage, pas levée.

Enjoy ! Ecriture au millimètre. Purée, ce qu’il faut pas faire pour séduire… mon public, s’entend.

 

Quel suspense….

 

à demain soir, 8 mai,  pendant que je glande à ma grange de chez les loups séparateur bleu mince

 

Mariuss is back, and he’s presque better than ever… 2

Mots-clé : le retour,  groupie, Dom Juan, bide total

la honte
…si l’on en croit celles qu’il croise durant les 13h37 de voyage dans le Corail Lunéa, Saintonge-Nice by Bordeaux.

Alias tel est pris qui croyait prendre…  ou les faiblesses de la chair… avariée.

séparateur bleu mince

 

la fin du voyage

fin du voyage Bordeaux-NiceMots-clé : dur dur, héros

A la demande générale de certaines impatientes dont nous tairons le nom, vous avez voulu connaître la fin du voyage avant de savoir ce qu’il s’était passé la veille à 20h 46 et durant la nuit. Vous l’aurez voulu.

 

Au fait, le 400° comm, c’est Lulu, qui me demandait si j’avais pas de lunettes… parce que j’avais pas vu que le feu s’était rallumé ! Merci, Lulu !

Et BaiedesAnges est la 4444° lectrice, hors robots de ce jour, à l’instant même (12h36)

Par ailleurs, je suis en cours de réorganisation de mes liens en sous catégories dans la marge droite, mais c’est pas encore satisfaisant, car réducteur. C’est en phase de test sur au moins trois semaines (mais c’est opé ! )

 

séparateur bleu mince

 

Mariuss is back, and he’s better than ever… 1

zhippie gonfléeMots-clé : le retour, chevilles, groupie, Dom Juan

…si l’on en croit celles qu’il croise dans le Corail Lunéa, Saintonge-Nice by Bordeaux 800 km et 13h37 de train, merci la sènecefeu !

A vrai dire je me suis toujours demandé quelles différences entre une zhippie de 67 et une néozhippie de maintenant ? Même crasse, même goût de chiotte, mêmes fringues, même rentre-dedans. La seule chose qu’a changé, y en a trois : les percings, le string (rouge) et l’i-phone.

Après, pour ce qui est de la libéritude sexuelle, j’ai pas exploré… 

purée, un mal aux chevilles, moi…

 

 

 

 

séparateur bleu mince

 

Retour vers le fut…al

WE amoureux ParisPassqu’on avait décidé de se faire une expo, on est retourné à Paris en amoureux. Cà faisait 22 ans qu’on était plus parisiens. Purée, la signalisation dans le métro s’est pas améliorée. Notes, qu’on s’en fout on avait le temps. donc taxi (y sont trois fois moins cher qu’à Nice et aimables), bus (là c’est plus dur, le dimanche y s’arrêtent que si tu te couches en travers de leur voie), pius à pied (moins 6, trop duuur pour nous autres pov’ méditerranéens qui venions de déjeuner sur le balcon, un 23 décembre, grillade party). Sans compter que St Lazar’Station on aurait dit Soleil vert.

 

  • L’expo, on est allé à Marmottan, voir (huhu j’l'ai pas fait exprès) Monet de quand il avait sa cataracte et qu’il était moitié aveugle. Y’avait un ou deux petits trucs de la fin des années 80, qu’on me les aurait donnés, j’aurai pas craché dessus, en plus que je les avais jamais vus pour certains. Bon, évidemment pour la quatrième fois de ma vie, j’ai pas pu voir Soleil levant (la first time, réparation, la deuxième fois, salle fermée, la seconde : volé, et last prêté aux sushis). J’suis maudit.

 

  • En fait on croit qu’on est plus malin que la gastro, et puis… Z’avez déjà essayé d’utiliser la toilette (je fais attention, j’ai parfois une lectrice belge) des TGV ? The french touch. Que de l’art, bien gras. Nice-Paris c’est 7 h quand le wagon n’est pas caillassé. C’est pareil, les quais des bouquinistes, dans le froid qui tord vos petits boyaux de l’arrière, pas évident. Bon l’hôtel à 135 euros,ça va, c’est équipé. Mais, Place de l’Opéra ? et rue d’Auteuil, pis devant les nymphéas au Marmottan. Pour l’expo sur les cétacés au Jardin des Plantes,  j’ai déclaré forfait. Je suis retourné récupérer ma valise avec les 37 slips de rechange.

  • Un vrai week-end d’amoureux comme on n’en avait plus eu depuis…

 

  • Ah oui, le resto c’était riz blanc bouilli, riz vapeur, riz à l’eau puis riz complet (j’ai pris des risques), sans compter le sourire de la pharmacienne… Marvellous & sexy le mariusse.

Bon, je vous raconte l’expo dans un autre post, j’ai plus de papier

separ mince

Suite

Page précédente où

separ mince

SUSANNA MASSA |
Bénédicte Delvaux |
Mes dessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "L'ART ET LA PEINTURE"
| Villanova Laurent
| claire fahys