Eugène Grandin

Mots-clé : Grandin, Portraitiste de navires, Le Havre, Prince Albert de Monaco

Ce portraitiste de navires normand (Caen 1833 – LH ???? 1914 à 1919 ?)  s’est installé auHavre où il a travaillé une vingtaine d’années avec l’étiquette auto-attribuée de peintre de marine breveté de Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Prince Héréditaire de Monaco. Il connaît bien le gréement, réussit particulièrement nuages et voiles, tant à l’huile qu’en aquarelle. On lui connait aussi de plus rares nocturnes et des intérieurs de ports parfois complexes par l’enchevêtrement des gréements dans la perspective, et de nombreux ex-votos.

EG H17

Pilote Charles-Héloïse H17 HST 1890

séparateur horizontal

pilote Rouen clipper

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pilote rouennais venant prendre en charge un clipper en baie du Havre autour de 1890. Dans cette Manche agitée il a pris au moins 2 ris. (z’avez vu, je l’ai retrouvé le peintre)

séparateur horizontal

EG Hirondelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’hirondelle du Prince Albert de Monaco en manoeuvre d’assistance de nuit à navire échoué HST

Mon source provient de l’article du Chasse-Marée n°23mai 1986 et de la fréquentation des galeries havraises à la recherche d’un Adam pas trop cher.

séparateur horizontal

 



4 commentaires

  1. Ce matin j’ai mis une image que je trouve belle, je pense qu’il s’agit plutôt d’un tableau, sur un voilier. Tiens j’y pense tu n’as jamais été à la manisfestation des grands voiliers qui se tient (je crois tous les ans) dans une grande ville…..Mes neurones ne veulent pas se souvenir du nom de cette manisfestation ou il y a les plus grands voiliers du monde….C’est super….Plein les mirettes. Bises (j’oublie pas sinon je vais encore avoir une scéne). Tendresse

  2. mariuss dit :

    Douceur > Il y en a plusieurs : L’armada de la Liberté ou Voiles de la Liberté sur Rouen et l’Estuaire de la Seine, tous les deux ans environ et qui change de nom et de logo à chaque fois, que j’ai suivi (des quais) à chaque occurrence quand j’étais en Normandie. Oh, pas tellement sur les quais à Rouen, où c’était la cohue, que des bords de Seine pour voir la descente des méandres puis la sortie de l’estuaire ou le tour en mer (ils cabotinent un peu pour le public). Mais je n’ai jamais réussi de belles photos. Il y a aussi, les rencontres de Brest, où des amis de la « Sauvegarde du Patrimoine Maritime de Villefranche sur Mer » participent chaque fois dans le cadre de la Caraméd (des petits bateaux bois traditionnels de Méditerranée remontent et descendent en flottille par les canaux puis route puis cabotage côtier), il y a de grosses unités mais aussi des plus discrètes comme notre Yole 1796 « Laïssa Ana ». Et puis je suis les voiles D’Antibes (course mythique de classe J bois du temps de la plaisance anglaise, teck et bronze rutilants) ou Les Régates de Nice 1879, du même tonneau mais avec des bateaux moins affutés et moins de compète, où je suis équipier sur Zaca, la goélette de 36 m d’Errol Flynn…
    Bises salées d’embruns

  3. Super,je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller seulement voir les reportages à la télévision, mais que c’est beau ces voiliers, je suis en admiration alors les voirs de près et pouvoir monter sur l’un d’entre eux…QUEL PLAISIR.. Merci de m’avoir rafraîchit la mémoire. Bises. Tendresse Alors je prends l’embrun avec délectation…que du bonheur cette odeur.

  4. mariuss dit :

    Douceur > Cela vaut le coup. Il y a d’ailleurs plein de mariages, les coeurs chavirent devant tous ces marins d’exception venus des quatre coins de la planète, de nombreuses petites fées se retrouvent là-bas pour trouver l’âme soeur et plus si affinités. Etonnant, mais cela concerne plus de 20 mariages chaque année cette rencontre de grands voiliers.

Répondre

SUSANNA MASSA |
Bénédicte Delvaux |
Mes dessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "L'ART ET LA PEINTURE"
| Villanova Laurent
| claire fahys